Comment méditer au début

Comment méditer au début

Comment méditer au début

 

Il y a tout un tas de méditation. Vous pouvez obtenir des informations sur une multitude de méthodes. Je vous propose une méthode efficace que j’utilise tous les jours.

Quand et combien de temps :
J’explique dans “Pourquoi méditer régulièrement” pourquoi il est largement préférable de méditer moins de temps, mais régulièrement que parfois et longtemps. En résumé, méditer quotidiennement vous apportera des bénéfices rapidement au-delà de votre temps de méditation en donnant une habitude au mental de se relâcher.
Donc idéalement, deux fois par jour, le matin et le soir, avant les repas de préférence pendant 15-20 minutes sont très bien.

La position :
Il faut être dans une position confortable. Il ne sert à rien de se mettre dans la position du “lotus” si c’est inconfortable et vous prive ainsi de pouvoir méditer correctement. Être sur une chaise fait parfaitement bien l’affaire si vous vous sentez mieux. Essayez d’avoir le dos droit, sans effort et sans tension. Vous pouvez imaginer un petit fil au sommet de la tête qui vous tire gentiment vers le haut, tout en relâchant les épaules.
Si même cette position est inconfortable et que vous avez besoin d’un dossier, utilisez une chaise avec dossier pour soulager le dos et rester aussi droit que possible, sans tension, appuyer contre le dossier.
Évitez la position couchée si c’est possible, car cela facilite de tomber dans le sommeil.
Si vous êtes à l’aise dans la position du “lotus” ou “semi-lotus” ça convient tout à fait également. Simplement il ne doit pas y avoir d’effort à faire pour tenir le temps de la méditation dans la position sans désagréments.
Vous pouvez faire des étirements ou quelques exercices de yoga avant pour détendre le corps.

Que faire :
Rien d’autre qu’observer et laisser aller dans le silence intérieur. Cela c’est la théorie qui deviendra réalité avec une pratique régulière, mais c’est parfois compliqué lorsqu’on débute, quand le flot de pensées ne s’arrête jamais. Cela vient du fait que la conscience que nous sommes est totalement identifiée aux pensées avant l’expérience du Soi. Ainsi, nous avons l’impression que nous sommes nos pensées, alors qu’en réalité ce sont des objets à l’intérieur de la conscience.
L’objectif de la méditation est donc de ne pas s’accrocher aux pensées afin de découvrir le calme intérieur qui précède toute manifestation d’objets, le Soi. Il faut donc relâcher chaque pensée lorsqu’on s’aperçoit qu’on est “happé” par elle et que cela en engendre d’autres. Juste revenir, sans tension ni aucun jugement (qui est encore une pensée) à l’observation.

Si ça ne fonctionne pas, car vous êtes trop “pris” dans vos pensées, vous pouvez essayer l’une ou l’autre des deux méthodes ci-après :

1) Se focaliser sur la respiration.
Vous portez votre attention sur votre respiration. Ressentez l’air qui pénètre par vos narines et suivez le flux, les sensations dans votre corps, le ventre qui se gonfle et se dégonfle. Vous ne faites que cela et revenez à cela chaque fois que vous vous apercevez que vous étiez repartis dans vos pensées.

2) Utiliser un Mantra.
Vous utilisez un mot que vous répétez sans cesse tranquillement. Comme pour la méthode de la respiration, vous revenez sans arrêt au mantra, durant le temps de méditation, lorsque vous vous apercevez que vous êtes dans vos pensées.

Il est parfaitement normal que les pensées surviennent et n’entrez pas dans le jugement lorsque vous vous apercevez que vous êtes à nouveau dedans. Revenez simplement à la méditation. Si vous vous apercevez que vous êtes en train de porter un jugement ou de vous dire que vous n’y arrivez pas, revenez simplement à la méditation, ce n’est qu’une autre pensée à prendre comme toutes les autres. Relâchez-là et revenez simplement et sans forcer à la méditation. Il n’y a que cela à faire.

Vous pourrez observer qu’à un moment, il n’y a plus rien. Aucune pensée, juste un état de bien-être. Vous en rendre compte c’est déjà en être sorti. Cela peut amener tout un tas de pensées. C’est parfaitement normal. Le mental veut trouver une explication à cela. Comme pour toutes les autres pensées, revenez simplement et sans vous accrocher à la méditation. Vous aurez tout le temps d’y revenir plus tard. Pendant le temps de la méditation, ne faites que cela, relachez toutes les pensées.

Petit à petit, ces instants deviendront plus fréquents et se prolongeront. Cette tranquillité, cette paix intérieure est le Soi au-delà de toute pensée et manifestation. Nous entamons alors le chemin de la découverte intérieure.

Share Button
Purification du système nerveux

Purification du système nerveux

Purification du système nerveux.

Le système nerveux contrôle le bon fonctionnement des organes, cellule et tissu de l’organisme. C’est le système de communication du corps. Il est donc d’une importance capitale. C’est lui qui relie tout le corps au cerveau. De son bon fonctionnement dépend notre santé. Il est également la source de la douleur et de l’extase.

37

Le principal conduit est la moelle épinière qui agit comme le centre de commande de tout l’organisme avec de chaque côté les ganglions.

D’un point de vue spirituel et/ou énergétique, il est également d’une importance capitale, car c’est le chemin principal de la kundalini avec juste à gauche et à droite de la colonne vertébrale deux autres canaux plus petits qui se croisent au niveau des principaux centres énergétiques (et nerveux pour le physique).

D’ailleurs, le caducée (symbole de la pharmacie, représentant un bâton et 2 serpents qui se croisent en montant) est une représentation de ce système nerveux principal.

36

Dans ce système nerveux (physique et subtil), se placent aussi nos blocages internes. On peut voir le fonctionnement de ce système nerveux comme un circuit électrique. Si tout va bien, il y a très peu de résistance et beaucoup de courant peut passer sans problème. S’il y a des blocages, il y a des résistances et le courant passe beaucoup moins bien et en plus petite quantité.

Nettoyer ce circuit supprime ces résistances et permet à une plus grande quantité de courant, d’information de passer amenant un meilleur fonctionnement physique et psychique. Le fonctionnement parfait de ce système au niveau énergétique/spirituel amène l’illumination.

La pratique proposée ici vous permettra de nettoyer votre système nerveux de manière progressive et favorisera grandement l’émergence et la découverte du Soi.

Vous constaterez que lors des libérations, il peut y avoir des manifestations physiques et/ou émotionnelles. Ceci est tout à fait normal et est un bon signe de nettoyage.

Cependant, en fonction de l’état de chacun, il peut y avoir de nombreux blocages dans le système nerveux et il est conseiller de commencer ce nettoyage doucement, d’être attentif aux signes de libérations et de doser la pratique progressivement afin d’amener un mieux-être progressif plutôt que de vouloir aller trop vite et que la pratique devienne insupportable et vous pousse à renoncer. Trop de libération d’un coup peut être pénible. Il est de la responsabilité de chacun d’adapter sa pratique en fonction des résultats et progressivement.

L’exercice en lui-même ne dure pas longtemps, mais il est bien de méditer immédiatement après afin de permettre au nettoyage de se faire rapidement. Idéalement un petit temps de repos après la méditation est idéal, par exemple s’allonger 10 minutes tranquillement sans rien faire avant de reprendre vos activités. Le mieux est de faire cet exercice 2 fois par jour, une fois le matin et une fois le soir (avant le repas de préférence).

Au début, vous pouvez faire l’exercice 5 minutes puis 15 à 20 minutes de méditation et 5 ou 10 minutes de repos. En tout, cela environ 25 minutes (deux fois par jour), ce n’est pas beaucoup pour tout ce que cela vous apportera.

La pratique:

Asseyez-vous confortablement, le dos droit. Il est plus important d’être confortable plutôt que de vouloir tenir une position pour faire comme dans les livres ;-). Si vous êtes plus confortable avec le dos appuyé contre le dossier d’une chaise ou d’un mûr c’est très bien. L’important est que la position reste confortable toute la durée de la pratique et pas que vous deviez l’interrompre par inconfort.

Fermez les yeux et détendez-vous avec trois grandes et longues respirations afin de vous relâcher complètement, relâchez les épaules en restant le dos droit.

Toujours les yeux fermés, sans effort, portez votre attention au niveau du périnée (entre les organes génitaux et l’anus). Il n’y a aucun effort à faire, simplement porter l’attention à cet endroit.

À chaque inspiration, suivez un petit fil lumineux qui part de cet endroit et remonte le long de votre colonne vertébrale et continue jusqu’au centre de votre cerveau puis fait une courbe vers l’avant jusqu’à un point entre vos deux sourcils. À chaque expiration, vous faites le chemin inverse, vous suivez ce petit fil du point entre vos sourcils jusqu’au centre du cerveau, puis la courbe pour redescendre jusqu’au périnée à travers la colonne vertébrale.

Au début, vous devrez peut-être imaginer, visualiser ce petit fil, car vous ne le sentirez pas. Ce n’est pas un problème du tout et c’est normal. Si imaginer un fil est difficile pour vous, vous pouvez imaginer une petite boule d’énergie qui part du périnée et remonte par le même chemin et redescend. Voyez cette petite boule qui illumine votre colonne à chaque montée et descente. Petit à petit, vous vous rendrez compte qu’il n’y a pas de séparation entre le haut et le bas et le fil viendra naturellement. Avec une pratique régulière, vous le sentirez réellement et vous vous rendrez compte qu’au fur et à mesure de votre avancement ce petit fil va grandir.

C’est très simple, il n’y a rien d’autre à faire pendant 5 minutes, juste suivre ce mouvement avec la respiration. Ne forcez pas la respiration, laissez le corps respirer naturellement. Si vous vous rendez compte que vous êtes à nouveau dans des pensées, revenez simplement à l’attention sur le fil et la respiration. Ne vous reprochez pas d’être sorti de l’exercice (ce sont d’autres pensées..), c’est parfaitement normal au début, revenez simplement à l’exercice.

Après 5 minutes, restez dans votre position et commencez la méditation de 15 minutes. Vous verrez que ce petit exercice favorise également une méditation plus profonde. Puis après la méditation, allongez-vous et prenez 5 ou 10 minutes de repos.

Cette pratique est donc une pratique deux en un. Elle va nettoyer votre système nerveux et donc physique, énergétique, émotionnelle. Elle va dans le même temps favoriser la méditation profonde qui fera émerger le Soi.

Chacun peut réellement en faire l’expérience en pratiquant régulièrement sans forcer, à son propre rythme.

Share Button
Nettoyage émotionnel

Nettoyage émotionnel

Nettoyage émotionnel.

 

Voici un exercice que j’ai fait au début de la recherche intérieure. Ceci m’a permis de “nettoyer” beaucoup de choses et à faire de la place pour accueillir le nouveau. Je le mets tel que je l’avais écrit à l’époque. Avec la médiation et d’autres exercices que je vais poster prochainement, il n’est pas indispensable, mais il m’avait vraiment bien aidé au départ. À vous de voir.

Pourquoi effectuer un nettoyage émotionnel ?

Tous les chocs émotionnels, les frustrations, les peines, les douleurs intenses ou les souvenirs douloureux que nous subissons au cours de notre vie se répercutent dans nos différents corps énergétiques.

Ces phénomènes peuvent engendrer des perturbations qui vont finir par affecter votre bien-être sous forme physique ou psychique comme des douleurs, des phobies, des dépendances et bien d’autres symptômes.

En nettoyant, c’est-à-dire en libérant ces énergies perturbatrices de vos corps énergétiques, vous retrouvez la santé physique et mentale.

Il existe plusieurs méthodes pour se libérer, je vous en présente une qui est efficace et que vous pouvez effectuer seul. Cependant, il peut être utile de partager ce travail avec une personne proche ou de confiance, car ceci marquera votre implication réelle dans ce nettoyage. Si cela est trop difficile parce qu’ils sont éventuellement impliqués dans les évènements à  régler, vous pouvez me demander d’être ce témoin à travers des séances avec skype.

Cette technique utilise l’EFT qui est simple à mettre en pratique et très efficace. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’EFT, vous pouvez également utiliser le Ho’oponopono. Prenez la méthode qui vous attire.

Préparer le grand nettoyage émotionnel

Préparer un document (électronique de préférence, car il se modifiera à mesure que le nettoyage avance) avec 3 colonnes. En en-tête de ces colonnes, indiquez « problème » « perturbation initiale » « perturbation actuelle ».

Maintenant, il faut que vous réfléchissiez à tous les événements négatifs que vous avez vécus. Par événements négatifs, il faut comprendre également toutes les actions que vous avez subies ou fait subir à quelqu’un. Un événement par ligne. Donnez à chaque événement un titre que vous notez dans la première colonne. Par exemple « J’ai volé le goûter de ma copine », « J’ai failli me couper les doigts avec la scie de mon père », « J’ai été puni pour … alors que je n’avais rien fait », « j’ai ridiculisé … alors qu’il voulait m’aider », « Je manque de confiance en moi ».

Soyez le plus exhaustif possible, si vous ne trouvez pas plus de 50 événements, posez-vous la question « l’ai-je vraiment fait sérieusement ? ». Énormément de personnes en trouvent des centaines. Notez même ceux qui, d’après vous, ne vous affectent pas. Le fait d’y avoir pensé, laisse à croire qu’il y a encore un besoin de résolution.

Réfléchissez à l’image que vous avez de vous-même, ce qui vous angoisse, vos addictions, dépression, insomnie. Tout ce qui vous dérange.

En repensant à ces événements, notez quel niveau de dérangement (de 1 à 10) cela a sur vous et notez-le dans la colonne « Perturbation initiale ».

Comment effectuer le nettoyage émotionnel :

Prenez les plus gros problèmes et traitez-les avec l’EFT ou le Ho’oponopono aussi souvent que nécessaire pour les faire venir à 0. Prenez un problème après l’autre et faites plusieurs rondes d’EFT ou le Ho’oponopono puis notez dans la colonne « perturbation actuelle » le niveau de dérangement après traitement. Une fois qu’un événement est à 0, passez au suivant. Le niveau 0 est atteint lorsque vous pouvez rire de ce qui vous dérangeait fortement ou que le fait de penser à la situation ne vous fasse remonter aucune émotion. Essayez de faire ce travail régulièrement.

Au fur et à mesure que vous avancez, soyez attentif aux améliorations psychiques et physiques qui surviennent et notez-les. C’est important, car cela vous permettra de vous rendre compte de vos progrès (on oublie très vite qu’on n’était pas bien).

À mesure que vous vous libérez des gros problèmes, il est possible que d’autres, cachés par les plus gros, resurgissent. Notez-les sur votre liste et traitez-les également.

Si vous trouvez cette pratique « simpliste », ne sous-estimez pas sa puissance. Elle permet véritablement à chacun de marcher vers un mieux-être.

Share Button
L’élastique

L’élastique

L’élastique.

 

C’est un petit exercice de base, tout simple, qui permet de se rendre compte de la répétition d’un comportement que nous avons et que nous voulons travailler.

Par exemple vous souhaitez voir le nombre de fois en une journée que vous avez une pensée négative envers vous-même.

Le matin, mettez un simple élastique à l’un de vos poignets. Pendant toute la journée, chaque fois que vous avez une pensée négative envers vous-même, changez l’élastique de poignet. Cette simple méthode vous permettra de réaliser plus facilement le nombre de répétitions, car elle intègre un geste et pas simplement un décompte.

Vous pouvez l’utiliser pour toute sorte de choses à travailler, le nombre de fois que :

  • quelque chose vous énerve ou dérange
  • vous portez un jugement sur quelqu’un
  • vous êtes submergé par une émotion
  • etc.

L’élastique est un exemple, vous pouvez changer une bague de doigt, un bracelet de poignet, peu importe, c’est le fait d’ajouter un geste qui aide.

Share Button
Être présent 5 minutes

Être présent 5 minutes

Être présent 5 minutes.

 

C’est un exercice prenant peu de temps que vous pouvez faire à n’importe quel moment de la journée dans n’importe quelle situation.

Il suffit d’être dans le ressenti total de votre corps pendant 5 minutes. Peu importe l’activité que vous faites, que vous passiez l’aspirateur, au travail ou en promenade, soyez complètement attentif à votre corps. Ressentez tout ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur. Ressentez la pression sur vos pieds, l’air sur votre peau, peut-être la chaleur du soleil ou le vent frais, vos articulations en mouvement, la pression dans vos mains si vous tenez quelque chose, le frottement du tissu de vos habits sur votre peau, des tensions dans le dos ou le ventre. Dans le mouvement, ressentez toutes les implications de votre corps, les muscles qui s’étirent ou se tendent, la position de votre corps, le transfert de poids pour vous maintenir en équilibre. Si vous êtes au travail derrière un PC, ressentez la pression sur vos fesses, votre dos contre le dossier, vos pieds peut-être serrés dans vos chaussures, ressentez le mouvement de vos doigts pour écrire au clavier. Soyez aussi présent que possible.

Essayez cet exercice 5 minutes. Ça a l’air tout simple, mais vous constaterez au début que, peut-être, vous n’y parviendrez pas. Vous serez rapidement repris par le flot de vos pensées et vous ne serez plus présent. Ce n’est pas grave, c’est normal au début. C’est pour ça qu’il est préférable de commencer par 5 minutes. Puis, petit à petit, vous constaterez que vous serez de plus en plus présent. Que vous avez réussi à passer 5 minutes sans pensée. Vous pourrez alors allonger la durée progressivement. La répétition régulière de l’exercice est plus efficace que tenter de le faire une fois de temps en temps pendant un long moment.

Vous constaterez certainement aussi avec cet exercice que rien n’est désagréable à faire. Peu importe ce que vous faites, si vous le faites parfaitement en présence, il est possible que vous preniez du plaisir à faire quelque chose que vous n’appréciez pas auparavant.

Share Button