Unifier conscience et mental

Unifier mental et conscience

Comment Unifier la conscience et le mental.

Unir la dimension spirituelle (je n’aime plus utiliser ce mot, car il est rempli de croyances également), je préfère la Conscience tranquille, le tout, la source ou l’un, peu importe le nom qu’on peut y mettre et la dimension du temps, terrestre, matériel.

L’identification au mental :

Lorsqu’on est uniquement dans la dimension matérielle, du temps, c’est que l’on est totalement identifié à cela. Au mental et au corps. On n’a pas encore eu l’expérience de ce que nous sommes derrière. C’est une vie difficile, de lutte, de peurs, de contraintes. C’est une vie dans le mental avec toutes ses projections et ses conditionnements. C’est une vie où on aimerait changer le monde et les autres pour qu’ils correspondent à notre idéal. C’est donc une vie de lutte sans fin, car la très grande majorité des autres essaient aussi la même chose, et donc de vous changer pour que vous correspondiez à leur idéal. 7 milliards de personnes essaient de vous changer, tous de manière différente pour que vous correspondiez à leur idéal et dans le même temps, vous essayer de changer 7 milliards de personnes. Ce n’est pas difficile à comprendre que le combat est sans fin.

Au-delà de l’identification au mental:

Au-delà de ça, dans la tranquillité intérieure, quand on arrive à calmer ce mental, on peut faire l’expérience directe de cet “Autre chose” en nous. Cette conscience de paix, tranquille quoiqu’il arrive, qui est la source de toute chose et dans laquelle tout se passe. On peut faire l’expérience directe d’être cela.

Contradiction pour le mental, évidence pour la conscience :

Pour le mental, ça semble contradictoire, on ne peut pas être les deux en même temps, c’est soit l’un, soit l’autre. Pourtant, lorsque ce mental fait silence, on peut accéder à cela sans qu’il n’y aucune contradiction. C’est un état ou, de cette conscience tranquille, immobile, tout émane, tout en vivant l’expérience du temps en tant que personne simultanément. Et lorsqu’on vit cela, on sait bien que tout le monde est cela. On le sait parce qu’on le vit directement. Il n’y a plus aucun sentiment de supériorité, d’infériorité, tout est cela.

Alors vous ne voulez plus changer les autres et vous n’avez plus besoin de changer pour correspondre au souhait d’un autre. Vous pouvez être vous-même totalement et laisser l’autre être lui-même également.

Les changements du point de vu mental et conscience :

Lorsque vous regardez quelqu’un vous ne regarder plus à travers tous les conditionnements. Vous regardez depuis cet espace tranquille et vous voyez au-delà de la déformation mentale, la vôtre et celle de l’autre. Et alors vous voyez depuis l’essence de ce que vous êtes, cette conscience tranquille, l’essence de ce que l’autre est. Et vous voyez que c’est la même chose, la même source. Ce que vous êtes au-delà de l’apparence créée par le mental est la même chose que ce que l’autre, le monde est au-delà de l’apparence.

L’illusion de vouloir changer les autres et le monde :

L’illusion de vouloir changer le monde, les autres tombe complètement. Vous voyez que tout sur le plan terrestre, du temps, du mental est instable, changeant. La grande différence avec la vision de mental remplie de peurs, de combats, etc.. c’est que vous êtes totalement ok avec ça. La peur de mourir, de perdre, tout cela disparaît lorsque vous êtes en relation, ou que vous êtes cela. Parce que la raison d’être de la dimension temps, terrestre, mentale est justement le changement perpétuel. Ce changement se passe dans ce que vous êtes au-delà de l’identification à ce plan.

Déni du mental au déni de la conscience :

J’entends beaucoup de gens dans une recherche spirituelle dire, je veux quitter ce plan et aller dans des plans supérieurs. C’est une illusion mentale encore. Vous ne pouvez pas quitter ce que vous êtes. Car si vous êtes le tout, vous êtes aussi ce qui est projeté à l’intérieur. C’est une tentative de fuite du mental de sa propre souffrance. C’est pour cela que certaines personnes éveillées disent “je suis dans le monde et le monde est en moi”. C’est vrai, mais les deux sont vrais. Rejeté l’un ou l’autre et vous ne serez jamais complet. Lorsqu’on rejette, par ignorance, de son existence la dimension de la source, du tout, on vit uniquement l’expérience de l’égo avec toute la souffrance qui en découle. Mais lorsqu’on rejette l’expérience du temps, terrestre alors que l’on est dans un corps, c’est vivre dans l’illusion mentale qu’on est le tout, car c’est lui qui s’imagine ça. Et cela génère aussi beaucoup de souffrance qui est souvent déniée.

Quelle est la solution ?

Ce qu’il faut faire, c’est unifié les deux. De voir que nous sommes les deux simultanément. Alors la relativité des choses dans le monde devient évidente, puisque c’est sa raison d’être. Un changement perpétuel vers un meilleur, même si souvent c’est à travers les difficultés et les défis. Mais ces difficultés viennent de notre vision à travers le mental, l’égo, qui est encore loin d’être parfait, remplie de conflit d’intérêt, de recherche de pouvoir. L’état du monde le démontre très clairement. Comme je le disais précédemment, la plupart d’entre nous veulent changer les autres et le monde pour que le monde corresponde à l’idéal de leur égo. Heureusement, la vie est là pour mettre en pièce ces erreurs, détruire ce qui est imparfait pour mieux reconstruire.

Comment faire :

Ce que vous pouvez faire, c’est de trouver en vous cette tranquillité. J’ai parlé déjà de la méditation qui est un outil formidable pour cela, mais n’oubliez pas, c’est un outil, ne vous identifiez pas à cela non plus. Et puis j’ai aussi parlé de l’observation tranquille, observez-vous intérieurement, vos réactions émotionnelles, mentales lorsqu’un évènement surgit. Petit à petit, le fait de vous observer intérieurement créera une distance entre le mental et ce qui observe le mental et vous commencerez à connaître cette conscience tranquille. À force de répéter cette observation et la méditation, le mental se calmera et vous vivrez de plus en plus cela. Cela deviendra de plus en plus naturel et vous comprendrez par l’expérience directe ce qui n’était qu’un concept mental avant.

Fin du combat intérieur :

Le combat intérieur cesse alors que le monde continue de changer. Et, sans toute la souffrance, mais avec une gratitude intérieure, vous participez à le changer librement, sans ajouter le frein de votre égo à ce changement.
C’est aussi cela que veut dire, mettre l’égo au service et ne plus en être l’esclave.