L’égo, le mental

Le mental est un outil et devrait être considéré comme tel. Il a pris une importance démesurée dans la société moderne.

A tel point, qu’il y a souvent une identification de la personne au processus mental. L’égo, le mental est ce qui a créé notre société basée sur la compétition, l’exclusion, la peur.

Tant que nous sommes identifiés à cela, nous n’avons pas conscience qu’il y a autre chose. Nous sommes complètement immergés dans le mental et, de ce point de vue, il n’y a rien d’autre qui puisse exister. C’est un peu comme demandé à un poisson ce qu’il pense de l’eau, “quelle eau ?”, il n’a pas conscience qu’il vit dans l’eau. Il ne peut en prendre conscience qu’une fois qu’il en est sorti. Il en est de même pour une personne, qui vit alors dans une réalité construite par l’égo, coupant l’accès à une partie de nous-mêmes qui n’est pas reconnue. Cette réalité est construite sur des processus mentaux, nés de l’analyse d’un passé connu pour construire un futur avec le même cadre. Fermant la porte à l’inconnu, à cette partie de nous au-delà du mental, d’où vient une grande partie des découvertes et innovations importantes. Par exemple Albert Einstein disait : “Je n’ai pas fait une seule de mes découvertes par un processus de pensée rationnelle.”

Paradoxalement, cette “réalité mentale” est basée sur des croyances, c’est une réalité basée sur l’acquisition de savoir par transmission, d’une personne à une autre, d’un groupe à un individu, d’un système de pensées à un groupe et pas par l’expérience directe. La transmission de savoir est le fait de croire à ce que l’on nous dit, à l’expérience d’un autre. C’est l’inverse de connaître par l’expérience même, le vécu. Le savoir n’est pas la connaissance, ce sont deux choses bien distinctes, la première basée sur des croyances (aussi tenaces et profondes soient-elles), l’autre sur l’expérience. Dans le savoir, il y a un conditionnement, dans l’expérience directe de la vie nous trouvons la liberté d’Être.

Ceci est normal, l’égo n’est pas fait pour diriger, il existe pour analyser, trouver des solutions. Pour aller dans la direction choisie par le Soi (peu importe le nom donné à cette partie de nous… il faut bien mettre un terme). Le Soi est ce que nous sommes au-delà de l’identité temporaire de l’incarnation.