On se raconte des histoires

Cause de la souffrance :

L’une des plus grandes causes de la souffrance vient de la défense de l’image que nous avons de nous-même.

Hors, ce n’est qu’une image, rien d’autre. Nous défendons quelque chose qui n’existe pas, une création que nous avons faites et c’est cela qui nous fait tant souffrir.

 

Comment cela se passe-t-il?

Le silence intérieur, la conscience que nous sommes est identifiée aux objets corps et aux pensées, au mental. Nous pouvons appeler ça égo ou personnalité. De cette identification, nous nous prenons pour cela, le corps et le mental. Cependant, nous ne sommes pas ce corps et ses pensées, nous les utilisons pour expérimenter, pour jouer dans la vie. Du point de vue de la conscience, de la vie, tout est joie d’expériences. La souffrance vient du point de vue de l’identification.

Cette identification, cet égo, construit une image à partir du vécu, des souvenirs et nous proclamons, je suis cela. Cette identification est extrêmement forte et tant que nous n’avons vécu qu’à travers cela il peut être difficile d’envisager la chose autrement.

Cependant, au fond de nous, si nous nous écoutons vraiment, nous avons un pressentiment qu’il y a autre chose, que la vie n’est pas que cela, qu’il y a un sens plus profond derrière. C’est cela l’appel intérieur qui nous permet de chercher la vérité. Il y a également des personnes qui n’écoutent pas encore cela, pour ces personnes, le témoin, le silence intérieur est simplement quelque chose qui n’existe pas, voir du délire ou de la folie et le cerveau génère la conscience. C’est comme ça, un jour ou l’autre l’expérience directe du silence intérieure, du témoin les amènera à débuter la découverte intérieure. Tout le monde est sur son chemin et au bon endroit.

Mais revenons à l’image. Nous nous créons une image de nous-même, croyant être cela. Nous aimerions que cette image soit belle et nous passons notre temps à la défendre contre tout ce qui pourrait la ternir. Dès que quelqu’un ou quelque chose met cette construction en doute, nous nous sentons agressés, nous souffrons et tentons de défendre cette image, de la rendre toujours plus belle. Nous pouvons dépenser une énergie incroyable à défendre cette image illusoire, quelque chose qui n’existe pas vraiment.

Nous nous racontons des histoires auxquels nous voulons croire et tant que nous sommes identifiés à ces histoires, nous les vivons et en souffrons. Dès que nous réalisons que nous ne sommes pas cette histoire, nous la vivons en tant que conscience et en profitons.

En arrêtant de mettre tant d’énergie à lutter pour défendre ce qui n’existe pas, nous laissons cette énergie agir pour la vie dans la tranquillité.

La conscience que nous sommes, le silence intérieur est la vie. Identifiés à l’égo, nous dépensons notre énergie à lutter contre la vie, contre ce que nous sommes, car nous n’acceptons pas la vie. En devenons ce que nous sommes, nous laissons l’énergie agir pour la vie et profitons de l’expérience de la vie.

Nous pouvons, avec la recherche intérieure, réaliser cela de plusieurs manières. Par la méditation, ou par l’observation tranquille de notre propre fonctionnement et parfois, pour les chanceux, par une réalisation directe de cela. Pour la majorité d’entre nous, c’est une longue réalisation par une désidentification progressive à travers une multitude de croyances. Mais c’est toujours une joie de l’expérience, il s’agit d’en prendre de plus en plus conscience.