L’observation tranquille

Le but ultime de la vie est de se rendre compte de ce que l’on est. Tous les désirs et recherches mènent progressivement à cette recherche. C’est à cela que la méditation peut aider. Ce n’est pas indispensable, mais cela peut aider et accélérer le processus de cette reconnaissance.

Pourquoi ?

Parce qu’elle permet un recul sur les processus mentaux qui conditionnent notre vie et auxquels nous sommes totalement identifiés dans un premier temps.

Qu’allons-nous découvrir, que sommes-nous finalement ? Nous sommes la conscience qui crée toute chose et nous vivons en même temps cette création en temps que partie d’elle, en même temps que nous observons tout cela. En réalité, nous sommes la création, l’observateur de la création et les acteurs dans cette création.

Nous sommes, tous, tout cela en même temps et pourtant très peu le vivent.

C’est une perfection et une joie totale, mais le problème est que la majorité des gens ne le voient pas, ils voient uniquement la partie identifiée à l’égo, à la personnalité, se prenant uniquement pour cela et ne se rendent pas du tout compte de la totalité de ce qu’ils sont.

Tant que la conscience individuelle, ne s’est pas ouverte, n’a pas vu par l’expérience directe sa véritable nature, nous nous prenons uniquement pour l’acteur et nous nous voyons donc qu’en temps que partie de la création, séparée de tout le reste, par une identification de la conscience très forte à cette partie uniquement.

C’est cela qui fait souffrir, car ne voyant plus l’ensemble, nous avons une vision ou une perception de séparation. Il y a nous, séparé de tout le reste, alors que nous sommes la vie. Cette perception de séparation génère toutes les difficultés, la lourdeur et la souffrance dans notre vie, car étant  identifiés à cette partie éphémère, nous tentons de nous créer un avenir basé sur nos constructions passées pour nous rassurer dans nos projections  à venir plutôt que de vivre la beauté et la légèreté du moment présent. Nous sommes prisonniers de nos propres constructions mentales, de nos conditionnements.

La méditation permet à un moment ou à un autre de faire l’expérience directe de l’observateur, qui est une autre partie de nous-même.

C’est un bon moyen pour se rendre compte de cela, mais le plus important est d’apprendre à se connaître réellement. Quand je parle de se connaître, c’est observer ses réactions, sa façon de réagir, observer les mouvements en nous. Observer ces mouvements en nous lorsque nous nous sentons agressés, lorsque nous sommes bien. Observer et être attentif à nos mécanismes internes constamment, qui sont des mouvements d’énergies. Cette observation constante est méditation.

C’est cette observation paisible de nous-même, à chaque instant et de l’intérieur, qui permet de voir, de constater, que nos actions sont des réactions à des conditionnements qui viennent des constructions mentales. C’est donc, bien plus qu’une technique, une manière de s’observer pour apprendre à nous connaître.

La pratique régulière au début n’est donc rien d’autre qu’une technique pour commencer à s’observer avec un peu de recul sans être prisonnier de nos réactions. Finalement, cela s’installe en nous et nous devenons méditation, qui n’a plus rien à voir avec la pratique de base.

La méditation n’est donc de ce point de vue, au départ, qu’une technique, provenant d’une recherche mentale. Mais, paradoxalement, cette technique peut amener à prendre du recul et à voir le mental pour ce qu’il est réellement et ne plus être identifié à lui. En vérité aucune technique ne fonctionne en tant que telle, puisqu’elles viennent du mental. Une technique peut être utilisée pour soudainement la dépasser et obtenir la connaissance de ce qui est vrai au-delà par l’expérience directe.

Une autre façon de faire qui est également très efficace est donc d’observer en nous, à chaque instant nos agissements et réactions. Faire cela sans s’identifier à la réaction, mais en l’observant tranquillement. Toute la difficulté de cet exercice qui semble si simple est que, au départ, nous sommes totalement identifiés à l’émotion et au mental et que nous ne voyons pas, n’ayant aucun recul, que ces émotions et pensées sont des objets à l’intérieur de la conscience que nous sommes.

Et, identifiés à notre mental qui dicte ce qui lui semble positif ou négatif, nous colorons tous les évènements de notre vie en bons ou mauvais.

En réalité, les évènements sont neutres, c’est nous qui les colorons avec nos pensées, venant de notre égo qui analyse sont vécus à travers ses conditionnements.

Plutôt que de vivre et de profiter de ce qui est simplement, nous le vivons à travers nos filtres fabriqués par nos conditionnements qui génèrent toute la souffrance dans nos vies.

Donc, si vous parvenez à observer et être attentif à vos réactions, à ce qui se passe en vous constamment, vous serez méditation. Vous pratiquerez sans pratiquer et vous serez en chemin sur la véritable connaissance de vous-même.

C’est l’observation de soi, de nos réactions qui amènent la reconnaissance et le détachement entre ce que nous Sommes et les objets à l’intérieur, nécessaire à l’interaction dans la vie de tous les jours auxquels nous étions identifiés.

Il n’y a que cela à faire, s’observer, car tout est en chacun, tout est en vous et c’est à chacun, à vous de le découvrir par l’expérience directe.