Se libérer de ses angoisses, peurs

La majorité des peurs, des angoisses sont le fruit de nos projections mentales.

Nous imaginons un scénario (souvent le pire) et nous croyons que c’est ce qui va se passer. Nous nous imaginons vivre ce scénario et nous nous rendons mal. Mais est-ce la réalité maintenant ? Non, sans cette idée, maintenant, tout va bien.

C’est le fait de s’accrocher, de croire à une possibilité parmi tant d’autres alors qu’elle n’existe pas encore qui nous rend mal alors que nous n’avons aucune idée de ce qui peut se passer.

Cela se passe dans toutes sortes de situations :

Vous devez faire une présentation la semaine prochaine ou vous avez un rendez-vous et vous vous imaginez que vous allez bafouiller, qu’on va rire de vous, que vous ne serez pas crédible.
Vous devez passer un examen médical et vous voyez la scène ou le médecin vous annonce une grave maladie.
Vous avez un examen, un entretien et vous vous voyez recevoir un échec.
Regardez dans votre vie ce qui vous stresse, vous en trouverez.

Et alors que faire avec ça? Comment moins, ou ne plus, souffrir de cela ?

La première chose à faire est d’accepter cette peur, angoisse, stress, d’accepter totalement notre état.

Ensuite, on peut se poser la question “Est-ce que c’est réel maintenant ?”, “Est-ce que ce que je pense est vrai maintenant ou je projette une possibilité ?”.

Vous verrez que dans la majorité des cas, la réponse sera “Non, ce n’est pas vrai maintenant, ce n’est pas réel maintenant”. Et si ce n’est pas vrai maintenant, posez-vous alors la question “Et si je n’avais pas cette pensée, comment serais-je maintenant?”. La réponse sera très souvent “Si je ne pensais pas à cela, je serai bien”.

Avec cette méthode, vous pourrez constater par vous-mêmes que ce sont nos projections qui nous rendent mal. À force de répéter cet exercice, vous vous habituerez à voir cela de plus en plus vite et à pouvoir sortir de ces pensées de plus en plus rapidement. À un moment, vous pourrez même ressentir l’émotion liée (stress, angoisse) avant qu’elle soit installée et vous rende mal. Vous pourrez alors vous en libérer tout de suite en supprimant la pensée qui la génère avant d’en souffrir.

C’est un travail d’observation et d’introspection libérateur, qui nous permet de constater notre fonctionnement et de pouvoir y apporter les modifications qui nous apportent la libération de ces souffrances qui peuvent être très nombreuses. Vous constaterez par vous-même que dans l’instant, en réalité, quasiment tout le temps, tout va bien.

Encore plus tard, à force de répétition et des libérations, nous nous rendons compte que ces souffrances ne sont pas indispensables, mais nécessaires tant que nous ne comprenons pas notre propre fonctionnement. Nécessaire, car elles nous obligent à changer, à trouver des solutions. Lorsque nous comprenons mieux notre propre fonctionnement, nous pouvons changer vers le mieux avant de souffrir. Nous voyons, ressentons que quelque chose ne va pas et nous apportons une réponse avant la souffrance. Nous sortons d’un fonctionnement en réaction d’une émotion, à une action juste dans l’instant. (Voir l’article de la réaction à l’action). Tant que nous ne comprenons pas, c’est la souffrance qui nous forcera à trouver des solutions, à changer vers un comportement plus juste qui ne génère plus la souffrance (la nôtre et celle des autres) ou qui nous faire sortir de l’ignorance de notre propre fonctionnement.

Nous avons le choix d’observer notre comportement et de changer ou c’est la vie qui s’en charge. De toute façon nous apprenons, mais une méthode est plus rapide et moins douloureuse.

À chaque moment le choix est possible.

Tout est en vous.