La responsabilité de son état intérieur

La responsabilité de son état intérieur

La responsabilité de son état intérieur.

La majorité des conflits/problèmes, leurs non-résolutions ou leurs répétitions (émotions négatives, colère, haine, rancœur) vient du fait que, très souvent, les gens mettent la responsabilité de leurs problèmes sur les autres. Quand tout va bien c’est grâce à eux, quand quelque chose ne va pas, c’est la faute à quelqu’un d’autre.

C’est une protection que nous mettons. Comme des barrières pour protéger ce qu’il y a de plus profond en nous et qui nous semble si fragile. C’est parfois conscient et souvent inconscient. C’est là tant que nous ne sommes pas prêts à regarder profondément en nous même, tant que nous avons peur de découvrir toutes les zones d’ombres en nous.

Cela est aussi vrai pour le bonheur. Penser que nous sommes heureux grâce à quelqu’un.

Personne n’a le pouvoir de rendre quelqu’un malheureux ou heureux. Ceci n’est possible que tant qu’on laisse cette possibilité et nous laissons cette possibilité tant que nous rendons les autres responsables de nos malheurs et/ou bonheurs. En fait, nous leur remettons notre pouvoir.

Pour en sortir et accéder aux libérations, il faut le reprendre et devenir responsable de notre état intérieur.

Ceci implique un grand changement. Chaque fois que quelque chose ne va pas, que nous ne nous sentons pas bien, que nous avons des émotions négatives, de la colère, un ressentiment contre quelqu’un, nous prenons la responsabilité de cet état. Cette émotion est là parce qu’elle vient buter sur une de nos barrières, ou mettre à jour quelque chose qu’on veut encore cacher aux autres (en réalité c’est à nous-même que nous la cachons). Cela demande du courage, la faiblesse est de rendre les autres responsables de notre état intérieur. Du courage et de l’Amour pour soi pour avoir l’envie de se découvrir et d’accepter que nous ne sommes pas parfaits.

Plutôt que de parler d’émotions négatives, de problèmes, on devrait appeler ça un révélateur. Ceci enlève la connotation négative et permet d’appréhender cela d’une façon plus neutre d’abord, puis de plus en plus positive, car nous comprenons que ce sont des cadeaux pour nous permettre de nous libérer de plus en plus.

Nous sommes tous face à ceci constamment. Et chacun a le choix, à chaque révélateur qui se présente, de l’accepter, d’en devenir responsable pour permettre une prise de conscience et favoriser sa libération ou de rester dans le déni de Soi, de remettre une couche de protection, en accusant les autres, la vie, la malchance, etc…

Ces révélateurs sont une incohérence entre le Soi, qui est Amour, paix et félicité et notre comportement extérieur. Une incohérence entre le monde intérieur et le monde extérieur.

Nous avons toujours le choix, nous l’avons à chaque instant. Chacun peut dès maintenant devenir plus responsable de son état intérieur en acceptant ces révélateurs et en regardant en lui sur quelle barrière, sur quel déni de Soi ils butent.

Ces révélateurs reviennent sans cesse tant que nous ne sommes pas en accord entre l’intérieur et l’extérieur, tant que l’égo ne suit pas le Soi, tant que la tête n’est pas au service du cœur.

Ce qui se passe, c’est qu’un jour ou l’autre un évènement, un révélateur, fera exploser ces protections. Le Soi est immortel, c’est le divin en nous, le temps n’a aucune importance. Seul l’égo souffre de ses incohérences, à force de souffrir il finit toujours par capituler à un moment, c’est la cause de nombre de dépressions. L’égo se rend compte de son incapacité à maîtriser. La dépression est un grand révélateur, un grand nombre de sages ont passé par une grande dépression. C’est la capitulation de l’égo. Il y a alors deux solutions, soit on l’accepte et on se tourne vers le cœur et le travail intérieur commence, le retour vers l’unité peut débuter, soit on reconstruit un égo, pour retourner dans notre routine et les révélateurs ne tarderont pas à revenir. Ce cycle continue jusqu’à ce que nous prenions la décision de se tourner vers le cœur. Le grand nettoyage peut alors commencer. C’est un choix que nous seuls pouvons faire.

Plus nous mettons de barrières, plus la peur de regarder en nous grandit et plus nous continuons à mettre la faute sur l’extérieur. La peur grandit, car nous nous éloignons du Soi. C’est une fuite.

Cette fuite est une fuite de l’égo du Soi. Une dissociation de l’unité que nous sommes. Cette petite chose que nous croyons si fragile tout au fond de nous est en fait ce que nous cherchons tous. Nous croyons que c’est une petite chose fragile alors que c’est la plénitude, la totalité qui englobe tout, c’est l’unité retrouvée. Nous le cherchons à l’extérieur alors qu’il a toujours été juste là à l’intérieur. Tout ce qui nous en sépare, ce sont les barrières que nous avons nous-mêmes mises en place.

Personne ne peut faire ce travail à part nous-même. Les autres, les révélateurs sont toujours là, c’est notre responsabilité de le voir ou de continuer d’accuser le révélateur. C’est comme accuser le marteau de nous avoir tapé sur le doigt, qui tient le marteau? Qui est responsable d’où frappe le marteau?

Plus nous en enlevons, plus nous nous rapprochons du Soi. Plus nous enlevons de barrières, plus nous pouvons laisser la place à cette partie de nous qui nous remplit d’Amour et de bien-être au-delà de ce qui est imaginable. Plus nous avançons, plus le simple fait d’être en désaccord entre intérieur et extérieur, ce qui nous sépare du Soi, est insupportable et nous cherchons à comprendre et à nous libérer pour retrouver ce bien-être.

Le plus difficile est le début, car l’égo a tendance dans un premier temps à refuser de voir cela, mais cela va en s’améliorant et la récompense des libérations est infiniment plus belle que les efforts et difficultés que nous avons traversés.

Share Button