L’idéal, l’objectif

L’idéal, l’objectif

L’idéal, l’objectif.

Nous avons tous un idéal, un objectif que nous désirons atteindre. En utilisant le mot «bonheur», on définit relativement bien cet idéal, bien qu’avant le bonheur il y a la survie et après le bonheur, l’extase, l’Unité, l’Éveil. Mais ça donne une bonne idée, tout le monde veut vivre dans le bonheur et le faire grandir, toujours plus.

L’objectif pour atteindre le bonheur est différent pour chacun et évolue en fonction de notre situation. Une fois un objectif atteint et stabilisé, on en fixe un autre. Donc notre idéal va évoluer au fur et à mesure de notre évolution personnelle. C’est relativement aisé à démontrer. Si vous êtes dans un endroit où la famine sévit, votre objectif sera de trouver à manger. Même si on ne parle pas de bonheur ici, mais pour atteindre un idéal de bonheur, il faut commencer par assurer sa survie. Si, la nourriture n’est plus un problème, l’objectif va changer pour par exemple avoir un toit. Puis plus de confort, l’eau courante, etc… Jusqu’à finalement déboucher sur la recherche intérieure, spirituelle, car le bonheur dans une recherche extérieur n’existe pas, c’est tout au plus des plaisirs éphémères. Et plaisirs et bonheur ne sont pas la même chose.

Cette suite d’objectifs vers le mieux-être, le bonheur continue d’évoluer jusqu’à ce que l’objectif soit la réalisation de Soi, l’illumination, l’Unification.

Avoir un idéal est indispensable pour avancer. Le désir d’obtenir cet idéal est le carburant qui nous permet d’être actifs afin de parvenir à ce mieux-être recherché. C’est ce qui nous donne l’envie et la motivation nécessaire pour mettre en œuvre les moyens d’obtenir cet idéal. Se bouger physiquement et intellectuellement pour la survie et le bien-être matériel, puis la pratique régulière pour le spirituel et la recherche intérieure.

Nous sautons d’un idéal à un autre, d’une bulle à une autre, jusqu’à atteindre notre destination.

Il est probable que si vous lisez ces lignes, votre objectif est plutôt tourné vers la découverte intérieure, la spiritualité.

Il faut donc bien se rendre compte que les objectifs changent au cours de notre parcours. Nous pensons souvent ainsi: «Dès que j’aurai ça, je serai heureux» (pour le matériel), «dès que j’aurai atteint cela, ça sera le bonheur» (pour la découverte intérieure).

Nous constatons que ces objectifs sont illusoires puisqu’ils changent au fur et à mesure de notre évolution. Ce sont juste des jalons pour nous faire avancer en fonction de notre compréhension actuelle du monde, de la vie. Ce qui revient à dire que nous ne savons pas ce qui est bon pour nous en finalité, nous ne connaissons que la bulle suivante, l’objectif suivant.

Dans les stades de survie, on amasse. On prend tout ce qu’on peut pour faire des réserves, on veut assurer l’avenir et on essaie de garder toutes les bulles, de les emporter avec soi. C’est un besoin pour se rassurer de la peur du manque. C’est un état encore vécu par beaucoup dans notre société. Ceci bien évidemment engendre beaucoup de conflits, mais c’est un stade à passer. Lorsque l’on commence à sortir de cet état de survie, d’en vouloir toujours plus, il est possible de ressentir de la culpabilité. Ceci est inutile, c’était une période à vivre pour comprendre. La culpabilité ne sera d’aucune aide pour en sortir, c’est la compréhension, à travers un objectif supérieur et l’expérience qui nous fera avancer.

Lorsque la recherche intérieure commence, on se rend compte petit à petit que pour atteindre la bulle suivante, il faut lâcher celle dans laquelle nous sommes et plus encore celles que nous trimballons depuis si longtemps. C’est comme si nous sautions d’une bulle à l’autre. C’est très difficile au départ, parce que nous avons encore nos vieux réflexes, on peut avoir l’impression de perdre la récompense de tous nos efforts, «j’ai tant travaillé pour avoir ça».

Alors ça prend parfois du temps, puis un jour on est prêt, on saute dans la bulle suivante et on se rend compte que c’est plus léger, qu’on est bien mieux. On comprend que toutes les bulles qu’on veut emporter se sont transformées en boulets, des poids devenus inutiles qui nous empêchent de sauter dans la suivante. Que nos efforts passés ne sont pas perdus, que ce n’était pas accumuler comme on le pensait, mais que c’était nécessaire pour amener cette compréhension par l’expérience. Ils étaient donc importants à un moment pour amener cette compréhension, il n’y a rien à rejeter ou regretter, c’était exactement ce qu’il nous fallait à ce moment. C’est notre interprétation qui a maintenant changé, évolué. Nous pouvons alors regarder les bulles derrières et se dire, j’ai compris et dépassé ça. Je peux lâcher et laisser cette bulle avec plaisir pour le suivant. On se rend compte qu’on ne manque de rien, on est juste plus léger, plus libre. On peut contempler notre parcours avec une vision de plus en plus vaste et se réjouir de la vie, du chemin parcouru et de nos nouvelles compréhensions.

Plus on avance, plus on voit que l’attachement à ces bulles et tout ce qu’elles contiennent est une entrave. Ces entraves, ces chaînes qui nous retiennent, c’est nous-même qui les avons créées avec notre ancien mode de perception de la vie. C’est à nous de les lâcher, petit à petit, chacun à son rythme selon sa compréhension, ses expériences. Il n’y a pas d’effort important à faire, c’est juste une compréhension qui arrive naturellement avec les découvertes intérieures et qui nous permet de lâcher les peurs qui nous retiennent.

C’est donc important de trouver son propre rythme, de ne pas vouloir brûler les étapes. Écouter un «sage» qui vous dit: «lâche tout, détache-toi de tout et tu t’éveilleras, tu vivras le bonheur parfait», même si finalement c’est peut-être correct, si on n’est pas prêt, si ce n’est pas intégré en nous, on peut très mal le vivre. C’est surtout mal adapté à la société occidentale ou nous croulons sous les obligations. Cela peut créer une telle peur, qu’il est facile de retomber dans la survie ou d’être confronté à des difficultés difficiles à surmonter.

Une approche basée sur la recherche intérieure, à son propre rythme, avec notamment la méditation va nous permettre d’intégrer ces compréhensions progressivement, sans passer par ces extrêmes.

L’une et l’autre méthode apporteront les expériences qui nous feront avancer et finalement intégrer le Soi complètement, mais la recherche intérieure est sans doute plus douce. C’est simplement de favoriser une compréhension plus rapide, sans forcer, par une démarche volontaire basée sur la recherche du bonheur et la pratique de la recherche intérieure, plutôt que de provoquer et subir les événements extérieurs pour arriver à la compréhension. Écouter et intégrer son propre fonctionnement. Écouter sa propre guidance intérieure, car la solution est en nous, il nous suffit de la voir, de la libérer en levant nos blocages.

Petit à petit, un changement s’opère progressivement, on passe de prendre, fonctionnement de la survie, vers offrir, fonctionnement du Soi. Le Soi est un retour vers l’unité, vers l’absence de séparation entre nous et les autres, entre intérieur et extérieur. Le plaisir des autres devient alors votre plaisir, car tout est unité. Cela peut sembler paradoxal d’un premier regard, car la recherche intérieure qui peut paraître égoïste nous ouvre de plus en plus à l’extérieur, aux autres.

La seule chose qui nous sépare de cela, ce sont nos propres blocages.

Alors, comment faire avec tout ceci.

On peut commencer par définir clairement notre idéal actuel.

Quel est votre plus grand idéal actuellement?

Prenez le temps de le définir clairement, y réfléchir profondément, méditer dessus.

Quel était votre idéal précédent? Est-ce que l’actuel est le même, mais sur un autre objet ou est-il différent? Si c’est le même et que cette situation se répète depuis un certain temps, est-ce bien votre idéal le plus élevé? Êtes-vous bien certain que ce sera le bonheur ou juste une satisfaction éphémère, un plaisir?

S’agit-il d’une envie «sur un coup de tête», mentale, ou quelque chose de plus profond, qui vient du cœur?

Une fois clairement définit votre idéal actuel, il est plus aisé de voir ce qui peut être fait pour l’obtenir. S’il est correctement formulé, le désir de l’obtenir sera suffisamment puissant pour vous permettre de l’atteindre par la pratique.

Ensuite, c’est de coller le plus possible à cet idéal dans la vie de tous les jours.

Il y a donc une partie de recherche, compréhensions guidance et suppression des blocages par la méditation, le yoga, le tai-chi, qi gong, exercices énergétiques, promenade dans la nature, peu importe vos pratiques et une partie intégration dans l’expérience de la vie tous les jours.

C’est certainement une voie rapide pour atteindre notre idéal. Nous le comprenons par la méditation, nous levons les blocages par le travail énergétique et nous l’intégrons en le manifestant le plus possible dans la vie de tous les jours. Alors, petit à petit, nous le devenons.

Nous avons vu plus haut que nous ne savions pas ce qui, finalement, est bon pour nous, alors on peut se poser la question:

D’où viennent ces objectifs, ces idéaux qui changent au fur et à mesure que nous avançons vers toujours plus de bonheur?

Ne serait-ce pas notre Soi, l’idéal ultime, la destination finale qui depuis le début nous parle et nous guide à travers des objectifs éphémères que nous comprenons mal vers l’Unité?

Est-ce que la difficulté de communication ne viendrait pas de nous, du petit soi, de la personnalité et de l’égo qui crée ce voile et déforme les messages par ignorance, par refus de l’inconnu?

Ne serions-nous pas en contact constant avec le Soi, plus nous avançons plus le contact deviendrait aisé? Et plus le contact est aisé, plus nous laissons le Soi émerger en nous jusqu’à finalement le devenir une fois les dernières barrières de l’égo levées, toujours plus de lumière, de joie, de bonheur?

Ne serait-ce pas toute la magie de la vie?

A chacun de découvrir sa réponse par la pratique, par la recherche intérieure. Il ne s’agit donc pas de croire, mais d’expérimenter et trouver ses propres réponses. Car la solution est en nous.

Share Button
Qu’est-ce que la méditation

Qu’est-ce que la méditation

Qu’est-ce que la méditation.

 

Il existe diverses idées et techniques sur la méditation, mais ce n’est pas important.

L’important au fond, c’est que la méditation est une découverte d’une partie de nous-mêmes oubliée, dont nous n’avons pas encore pris conscience ou que partiellement. Au début, la méditation permet de prendre du recul, ne plus avoir “la tête dans le guidon”, prendre de la hauteur, du détachement de tout ce qui nous perturbe et nous empêche d’avoir les idées claires. C’est déjà un grand bénéfice.

Puis ensuite, vient la méditation profonde. C’est retrouvé la pleine conscience dans l’instant de qui nous Sommes. C’est trouver le silence intérieur, le témoin silencieux, l’observateur, le vide, la vacuité.  Lorsqu’on parle de vide, de silence intérieur, on devrait préciser «vide de matière», ce qui n’est pas la même chose. Ce vide est plein, plein de force et de conscience. C’est la source de toute manifestation.

Il est d’ailleurs intéressant de constater que plus on va vers le macro, vers ce qui est grand, comme vers le micro, ce qui est petit, plus on découvre que tout est remplit de vide. L’immense majorité de l’univers est vide. Plus on va vers le petit également, l’espace vide entre le cœur d’un atome et son extrémité représente plus de 99,99 % du total.  Qu’on parte dans l’infiniment grand ou dans l’infiniment petit, on arrive au même point, au vide qui est la pure conscience, ce que nous Sommes en essence. On retourne à Soi.

La méditation permet d’expérimenter cela. Qu’on vive une expansion de conscience ou que l’on entre en soi de plus en plus profondément, on découvre la même immensité du vide, du silence intérieur. Nous pouvons constater par le vécu que la conscience précède la matière, que tout est créé à partir de ce vide. Ce n’est pas de la philosophie ou de la théorie, chacun peut en faire l’expérience, le vivre en pratiquant régulièrement la méditation. Tant que nous sommes “focalisés”, identifié à la matière, sur l’extérieur,  nous ne pouvons tout simplement pas nous en rendre compte, nous ne voyons que ça, la matière. La méditation nous amène petit à petit au centre de nous-mêmes, dans la pure conscience.

Le but profond de la méditation est de découvrir et s’installer dans cette pure conscience, mais bien avant déjà, dès le début, la méditation apporte beaucoup de bienfaits. Les vertus de la méditation sont multiples et certaines sont maintenant confirmées par des études scientifiques. À commencer par la détente, la relaxation, puis les guérisons et la sérénité qui s’installe de plus en plus durablement. Il y en a encore de nombreuses autres que vous pouvez découvrir en pratiquant la méditation. Puis, petit à petit, le témoin, l’observateur, la pure conscience font leur apparition. D’abord de très court moment, puis de plus en plus jusqu’à devenir complètement cette pure conscience d’Amour et de félicité. La réunion entre l’observateur et l’observé, l’intérieur et l’extérieur, l’unité de l’Être.

Chacun peut trouver une méthode qui lui convient. Les techniques aident à débuter en expliquant comment procéder et ce que nous pouvons attendre de la méditation. C’est un point de départ jusqu’à ce que la méditation soit “intégrée” en nous.

La méditation est pratiquée depuis toujours et le fait que la science moderne prouve ces bienfaits est une excellente chose qui permettra peut-être d’attirer de nouveaux pratiquants qui avaient une idée erronée de cette belle pratique de la découverte de Soi.

La méditation n’est pas une secte, une religion, une pratique “bizarre”. Elle est au-delà des croyances, c’est la découverte de Soi par l’expérience. Il n’y a pas besoin de se retirer du monde pour méditer, ce n’est pas fuir ses responsabilités ou la vie. Bien au contraire, c’est devenir de plus en plus conscient. C’est simplement se découvrir.

Il ne s’agit pas de croire, il s’agit de pratiquer pour faire ses propres découvertes, chacun à son rythme.

Share Button
Le travail sur soi

Le travail sur soi

Le travail sur soi.

Nul ne peut le faire à part nous-mêmes. Les autres peuvent nous inspirer, donner un peu de courage, révéler un problème en nous, montrer une porte, mais nous seuls pouvons la franchir et effectuer ce travail de réunification.

Et pourtant, une partie de nous passe son temps à trouver des excuses à l’extérieur. Il y a toujours un évènement, une source extérieure qui vient justifier un comportement, une réaction que nous avons eu. Tant que c’est ainsi, rien ne change, nous sommes dans une forme de déni d’une partie de nous-mêmes, nous ne voulons, nous n’osons pas nous voir telles que nous sommes réellement. Cette vision faussée que nous avons de nous-mêmes peut venir de plusieurs causes, manque de discernement, manque de courage, facilité. C’est tellement plus facile de se sentir responsable ce qui va bien et de mettre la responsabilité de ce qui ne va pas sur les autres. Et c’est si courant, à des niveaux différents qui deviennent de plus en plus subtils. Nous sommes entièrement responsables de notre état intérieur.

Le travail sur soi passe par le cœur. L’ouverture du cœur est la porte d’accès à ce que nous sommes. Pour ouvrir le cœur, il faut libérer ce qui l’enferme. C’est ça le travail intérieur. Ce qui enferme le cœur, ce sont les peurs, les émotions que ne réfutons. Cette partie que nous refusons de voir ou que nous ne comprenons pas.

Quelle partie de nous ne veut pas voir ce qui ne va pas. C’est l’égo, toujours l’égo. L’égo n’aime pas souffrir, alors il fait tout pour éviter la souffrance, y compris détourner notre attention de ce qui la génère. Pourtant c’est en observant et comprenant ce qui la génère que l’on peut s’en libérer. C’est le seul moyen de s’en libérer définitivement. S’en détourner ne fera que repousser l’échéance et créer d’autres souffrances, la vie apportera une autre situation, encore et encore jusqu’à ce que nous voyions et comprenions, puis finalement ouvrions encore plus notre cœur par cette acceptation et intégration amenant à une libération.

Le comprendre intellectuellement est une chose, mais ce n’est pas suffisant. C’est par l’expérience, par le vécu que l’intégration de la compréhension est possible.

La vie est ainsi faite d’une suite d’évènements, de situations qui nous mettent face à nous-mêmes pour nous révéler ce que nous devons encore travailler pour libérer petit à petit ce que nous sommes. À chaque fois que nous sommes perturbés (colère, frustration, sentiment d’injustice, etc..), c’est que nous sommes face à un problème en nous non libéré.

Le fait de comprendre ce mécanisme permet d’envisager les évènements de la vie non plus comme une suite de contraintes, problèmes, mais comme des opportunités de compréhension, de libération et d’évolution.

Share Button
Suggestion à propos des expériences

Suggestion à propos des expériences

Suggestion à propos des expériences.

 

Pourquoi parler de mes expériences:

 Pour deux raisons principales.

 La première raison est un travail intérieur.

 Écrire quelques-unes de mes expériences, pour moi-même dans un premier temps, m’a permis de les poser, de revenir dessus et de voir le travail intérieur et les prises de conscience que cela m’a amené. J’ai simplement fait un copié-collé de ce que j’avais écrit pour moi à l’époque, donc elles sont décrites de façon courte et simple, sans interprétation qui reviendrait à les faire redescendre dans la sphère mentale.

 Lisez ces textes sans les prendre comme une vérité, car chacun est unique et vivra donc ces expériences de manière différente. Gardez votre discernement et restez maître de vos décisions, ne prenez pas mes expériences comme quelque chose à vivre ou une référence, c’est simplement mon vécu. Suivre ou vouloir vivre les expériences d’un autre est un bon moyen de quitter son propre chemin.

 Écoutez vos intuitions, votre cœur, c’est la meilleure voie vers la découverte intérieure de qui vous Êtes, avec vos propres expériences et compréhensions, car tout est en nous.

 Les échanges sont néanmoins positifs, car ils montrent que nous ne sommes pas seuls à chercher et vivre des choses qui dépassent largement une vision uniquement matérialiste de la vie encore très répandue et ils peuvent donner un petit peu de soutien quand tout semble figé, difficile. C’est simplement un petit coup de pouce pour retrouver l’envie profonde de reprendre la découverte intérieure et les libérations qui en découlent.

 Parfois, cette envie profonde est simplement un peu voilée et semble donc inaccessible ou avoir disparu subitement. C’est normal et elle reviendra de toute façon, car elle provient du Soi, plus on s’en approche, plus cela grandit. En attendant que cela soit omniprésent, les petits coups de pouce sont parfois bienvenus et permettent de maintenir l’envie de chercher et comprendre.

 On peut montrer des portes, partager, s’encourager, mais personne ne peut faire le cheminement intérieur à notre place, c’est notre choix et responsabilité.

 Ceci m’amène à la deuxième raison d’être de ce site. Ces expériences qui semblent «hors normes» sont encore trop taboues dans la société occidentale. Elles sont cependant parfaitement naturelles et bien plus répandues qu’on ne le croit. J’ai entendu des personnes raconter leurs expériences avec énormément d’émotions, 20 ou 30 ans après les avoir vécues. Durant tout ce temps, elles ont gardé cela en elles, par peur d’être prises pour des folles ou d’être rejetées. Si cet espace permet de soulager quelques personnes, c’est bien.

 Souvent, ces expériences sont le début du cheminement intérieur. Ces expériences sont en fait bien plus répandues qu’il n’y parait, elles sont seulement rarement discutées, car notre société ne veut pas encore entendre.

 Heureusement, depuis quelques années, une ouverture de conscience se fait et il devient un peu plus simple d’en parler. Plus les gens en parleront naturellement, plus cela fera partie de la vie. C’est simplement une ouverture naturelle sur une plus grande compréhension de la vie, de ce que nous Sommes.

 J’aimerai encore préciser deux choses:

  • Vivre une expérience n’est pas l’objectif, aussi belle soit-elle. J’en profite quand elle se présente avec plaisir, mais ne m’y accroche pas. Chercher ou s’accrocher à une expérience c’est, il me semble, passer à côté du véritable objectif, qui n’est pas de chercher un moment de grâce dans l’expérience, mais de laisser émerger le Soi en nous.La découverte de Soi est un cheminement. On peut résumer ce chemin comme un grand nettoyage de tout ce qui nous empêche de voir la vérité de ce que nous Sommes, de l’Unité immuable et éternelle s’expérimentant dans la multiplicité éphémère continuellement. Les expériences arrivent naturellement avec les nettoyages progressifs.Mais l’important est le chemin, pas l’expérience. L’expérience est sur le bord chemin, mais n’est pas le chemin. S’arrêter sur l’expérience revient à s’arrêter sur le chemin pour regarder le paysage. Il n’y a pas de mal à profiter du paysage sur le chemin, mais vouloir revivre une expérience (parce que c’était si beau), revient à tenter de faire un détour pour revenir en arrière sans aucune garantie de faire la même expérience. C’est un choix que chacun peut faire bien sûr, nous sommes libres dans nos choix. Mais ne pas s’accrocher aux expériences, aussi belles soient-elles, permet de continuer son cheminement. Et il y a d’autres magnifiques paysages, le long du chemin, juste un peu plus loin ;-).Devenir de plus en plus conscient de ce que nous sommes, continuer sans relâche le nettoyage intérieur, avec joie (même si c’est parfois difficile) et à son propre rythme, c’est cela avancer sur le chemin.
  • Dans ce domaine, il y a des mots utilisés qui, parfois, peuvent être interprétés de différentes manières en fonction de nos vécus, croyances, etc.. Par exemple, âme, esprit, conscience n’ont pas toujours le même sens selon qui écrit et qui lit. Alors dans cet espace, ne vous arrêtez pas sur les mots, mais sur le sens derrière. N’hésitez pas à remplacer un mot qui ne vous convient pas par un autre. Si le Soi ne vous convient pas, changez-le par un terme qui vous parle. Ne vous fixez  pas sur le contenant, mais le contenu, le sens derrière la limitation des mots.

Je souhaite à chacun de belles libérations et découvertes intérieures.

 

Tout est en vous.

Share Button