Explosion lumineuse

Explosion lumineuse

Explosion lumineuse.

Une belle promenade sur les bords du Rhône avec une halte sur un tronc juste au bord de l’eau. Réflexion sur la vie, comment est-ce que je veux vivre. Partager avec les autres me semble une évidence, l’égoïsme a fait son temps. Je vis des expériences, elles sont incomprises pour beaucoup, suis-je prêt à les assumer et à partager ? Oui, il est temps.

La nuit même, je me réveille à minuit et demi. Encore des pensées. Je fais le vide et soudain cette boule d’énergie dans le coccyx arrive. Je la connais, je la laisse faire et l’accompagne, elle n’était plus revenue depuis plus d’une année. Cette fois elle descend dans les deux jambes et s’arrête derrière les genoux. Les jambes ne sont plus matière, mais particules électriques.

Ça ne dure pas longtemps puis ça s’arrête. Je vais me rendormir quant au plus profond de la poitrine, au niveau du cœur une douce chaleur fait son apparition. Au début, ce n’est qu’un minuscule point, tout au fond qui vibre et irradie de la chaleur. Puis ce point grandit et devient de plus en plus chaud. Ça continue à grandir et à chauffer de plus en plus, mais malgré l’importance de la chaleur qui grandit, aucune douleur, aucun dérangement, c’est tout l’inverse. Un bien-être et une gratitude sans fin m’envahissent. Une douce vibration accompagne ce phénomène qui me remplit maintenant complètement la poitrine. Cette vibration prend de l’ampleur aussi. C’est une vibration fine et rapide de plus en plus puissante. Cette vibration et la chaleur continuent d’augmenter au point que tout mon corps vibre de l’intérieur et que mon corps est très chaud, mais sans aucun désagrément, c’est agréable et je ne transpire pas du tout. C’est une chaleur «intérieure» qui remplit l’espace intérieur et qui irradie bien au-delà du corps.

Au sommet du crâne, des petits picotements reviennent. Depuis quelque temps ils arrivent de plus en plus fréquemment. Ils sont au sommet du crâne, dehors et dedans. Là aussi, ça grandit et il y a une espèce de pression à l’intérieur du crâne en descendant. Une vibration profonde au niveau de la gorge débute également et rejoint celle du cœur.

Puis, une jonction se fait entre le cœur et le sommet du crâne. Difficile de le décrire avec des mots. Une formidable énergie descend depuis le sommet du crâne jusque dans le cœur. Deux énergies qui se rejoignent et fusionnent dans un moment d’extase. Ça remplit le corps et plus encore, c’est plus profond, le physique n’est que la petite partie visible.

Puis soudain, un éclair de lumière surgi du fond de la poitrine, du cœur, d’une puissance énorme. Une lumière qui traverse et remplit tout le corps et l’espace intérieur instantanément dans une explosion de joie, d’Amour et d’extase.

Share Button
Le retour vers Soi

Le retour vers Soi

Le retour vers Soi.

Le retour vers Soi  

Après les premières expériences vécues il y a maintenant plusieurs années, certaines exposées ici et d’autres, le travail intérieur a véritablement pu commencer.

 

Ces expériences ont eu la grâce de faire exploser toutes mes certitudes qui, je vous l’accorde, étaient bien basiques. Ce que je croyais savoir de la vie, ce que je croyais être (juste le corps et la personnalité), n’était absolument plus cohérent avec mon vécu.

 

On se retrouve au point zéro, on ne sait rien. Un monde de certitudes s’effondre. C’est le début de la remise en question de l’égo et de «ses» vérités. Simultanément, il y a quelque chose de bien plus profond, de bien plus vrai qui émerge. Cela vient du cœur, plus de la tête. Il y a une question qui accompagne cette naissance: Qui suis-je?

 

En prendre conscience a été la première étape, l’admettre la deuxième (et l’égo n’aime pas entendre qu’il s’est trompé depuis si longtemps). La troisième a alors pu débuter, entamer la dissolution des blocages permettant la réunification entre intérieur et extérieur, corps et esprit par l’ouverture progressive du cœur, au fur et à mesure des libérations.

 

Ce passage ne se fait pas tout seul. L’égo ne laisse pas facilement la main et il est malin. C’est comme un saut dans le vide, dans l’inconnu, peut-être la mort pour cette partie de nous. Il ne se fait pas de manière linéaire non plus. Il y a eu des passages de bien-être intérieur profond, parfois d’extases et d’autres de souffrances, venant de mon égo ne voulant pas lâcher prise ou refusant tout simplement de voir un conflit intérieur ou encore de mon corps, qui subit les dommages de cette séparation avec le Soi. Intérieur et extérieur, corps et esprit ne sont séparés que par les blocages, supprimer ces blocages et la réunification se fait naturellement. La félicité et l’extase grandissent plus cette réunification se produit.

 

La félicité extatique est notre état naturel une fois la réunification totalement établie. On peut le découvrir par l’expérience et c’est la seule chose valable. La théorie, la philosophie, restent dans le domaine du mental avec toutes ses limitations. L’expérience, le vécu est la science pratique qui permet de découvrir ces vérités.

 

Dans ce travail de réunification, les courts moments de félicité et d’extase vécu parfois, ainsi que la sérénité qui s’installe de plus en plus, sont les jalons qui maintiennent et font grandir l’envie, de continuer ce merveilleux chemin vers Soi. Souvent dans la joie, acceptant aussi, lorsqu’elles se présentent, les difficultés, sachant que c’est une porte vers une nouvelle compréhension et une opportunité de libération permettant d’unifier un peu plus ce que l’on Est.

 

Share Button
Méditation sur les émotions

Méditation sur les émotions

Méditation sur les émotions.

Je méditais sur les émotions, sur le lien et l’impact qu’une émotion peut avoir sur nous. Je me suis alors retrouvé en tant qu’observateur et vivant l’expérience qui suit en même temps. J’avais la conscience des deux positions en même temps.

J’ai émis une pensée négative, je ne me souviens plus exactement laquelle, mais comme un reproche que je m’adressais comme on le fait si souvent (du style, je suis un incapable, trop gros, etc…). Instantanément, j’ai vu une masse noire arriver vers mon corps. J’ai alors eu conscience, du point de vue de l’observateur, que je pouvais choisir de m’identifier à cette insulte, de la prendre personnellement ou de ne pas m’y accrocher. J’ai choisi de faire comme on le fait si souvent, de la prendre personnellement, d’y croire. Toujours du point de vue de l’observateur, j’ai vu cette masse noire s’écraser contre mon corps et du point de vue « vivant l’expérience », j’ai senti très clairement cette boule dans le ventre ou le plexus qui vous serre.

J’ai « nettoyé » cela et j’ai recommencé. J’ai à nouveau émis la même pensée et revu cette masse noire s’approcher. Cette fois, j’ai décidé de ne pas m’identifier à cette pensée. Du point de vue observateur, j’ai alors vu cette masse noire traverser mon corps sans impact et du point de vue « vivant l’expérience », je n’ai ressenti aucun désagrément.

Share Button
En promenade

En promenade

En promenade.

Lors d’une promenade, je me suis arrêté pour regarder le paysage. Il y avait devant moi un champ d’herbe mi-haute et de fleurs, plus loin quelques maisons avec la montagne en arrière-plan puis le ciel bleu parsemé de quelques nuages blancs.

Soudainement, c’est comme si je ne voyais plus avec mes yeux, mais avec tout mon être. Tout était parfait. Il n’y avait rien à ajouter, enlever ou modifier, c’était la perfection pure. J’avais également la conviction que tout était vivant, je voyais la vie dans chaque brin d’herbe et était connecté avec chaque chose. Les couleurs étaient bien plus belles, il y avait plus de contraste, c’était vraiment une autre vision, bien plus profonde et vraie que d’ordinaire.

Il y avait également autre chose d’inhabituel, je faisais partie du paysage, je n’étais plus séparé de lui. Je n’étais plus comme on est habituellement « Je regarde un paysage », il n’y avait plus de « je » séparé du paysage. J’étais directement relié à tout ce que je voyais, de chaque brin d’herbe à l’immensité du ciel, un peu comme dans la première expérience décrite, mais limité à mon champ de vision. Cependant, il m’était possible de « zoomer » ou plutôt de focaliser ma conscience sur un détail et alors d’en voir toute la beauté dans ses moindres détails, la distance était supprimée et il y avait une liaison directe et profonde avec tout ce qui était vu.

Share Button
Kundalini 2

Kundalini 2

Kundalini 2.

 

Deuxième montée de kundalini. Cela commence de manière identique à la première. Une boule d’énergie incroyable au niveau du coccyx.

Je suis plus détendu, car c’est la deuxième fois. Je ne bouge pas et accompagne. C’est reparti, ça monte le long de ma colonne vertébrale. À l’endroit ou elle c’est arrêtée la dernière fois, pas de halte, ça continue de monter.

Il y a tant d’énergie que j’ai la sensation que je pourrai être consumé instantanément, mais pas de douleur, rien de désagréable, juste une puissance inimaginable. Ça continue de monter jusqu’à la hauteur du cœur. Là, j’ai été emmené dans un vortex, entraîné dans un grand tourbillon sans pouvoir contrôlé, c’est très rapide. J’ai eu la nette impression de m’être retrouvé ailleurs, dans une autre dimension.

J’ai compris que j’étais à nouveau hors de mon corps, mais ailleurs cette fois. Pas dans l’univers matériel comme on le connaît, j’avais vraiment la sensation d’être dans une autre dimension ou la matière n’existe pas, ou tout est énergie. L’émotion m’a fait réintégrer mon corps sans que je puisse avoir le temps de chercher et de comprendre ou je me trouvais.

Share Button